Feuilles

La mue chez les animaux Pourquoi les animaux muent-ils?

7 décembre 2023

La mue chez les animaux

Chez certains animaux la mue est occurrence naturelle dans leur cycle de vie. Il existe de nombreux phénomènes particuliers et intrigants dans le règne animal que l’on ne peut pas imaginer vivre en tant qu’humain. Pensons simplement au fait de perdre tous nos poils ou cheveux avant l’hiver comme la majorité des mammifères du Québec ou encore au changement de notre peau lors de notre croissance de la même manière que les reptiles. Ce sont pourtant deux événements qui se produisent au sein de plusieurs espèces à travers le monde. Ce phénomène s’appelle la mue. Elle se réalise chez plusieurs animaux de classes différentes et pour des raisons diverses.

La mue chez les reptiles 

Chez les reptiles, la mue se définit par le changement des écailles. Bien qu’elle survienne majoritairement pour la croissance, elle peut se déclencher pour d’autres raisons tel que pour soigner des blessures. La mue peut être périlleuse pour certains individus, car elle nécessite beaucoup d’énergie. De plus, les espèces qui la pratiquent se retrouvent plus vulnérables et susceptibles de se faire attraper par des prédateurs. Malgré toutes ces contraintes, la mue est incontournable au développement de tous les reptiles.

La mue pour la croissance

Comme mentionné auparavant, la principale raison d’être de la mue chez les reptiles est la croissance. Les serpents n’y échappent pas. Ces derniers grandissent tout au long de leur vie et vont muer très régulièrement. La fréquence de cette mue variera en fonction bien entendu de l’espèce, mais également de l’âge de l’individu. Effectivement, un serpent plus jeune, comme notre serpent des blés Hercules, aura une mue plus récurrente afin d’avoir une croissance plus rapide. Si nous revenons au facteur de l’espèce pour expliquer la différence de fréquence, les plus gros serpents auront tendance à muer moins fréquemment que les plus petits. En effet, Jafar, notre boa constrictor, mue environ deux à trois fois durant l’année, alors que Nelson, notre serpent de lait, peut muer tous les mois lorsqu’il est en poussée de croissance.

La mue pour se soigner 

Mise à part la croissance, une blessure peut déclencher la mue chez un reptile pour remplacer les écailles endommagées et ainsi protéger la peau contre l’environnement extérieur. À l’inverse du serpent, la mue de la plupart des lézards ne se fait pas en un seul morceau, mais plutôt de façon cibler. En effet, une simple partie du corps peut être en mue, ce qui est très pratique pour effectuer des réparations sur des écailles spécifiques. Donc, si jamais Jumper, notre iguane à queue épineuse, se fait une petite entaille sur la patte gauche, c’est uniquement cette dernière qui fera le processus de la mue dans l’intention de soigner la plaie. Les nouvelles écailles vont se former en dessous de la peau et vont être alimentées afin de grandir. Pendant ce temps, les vieilles écailles vont tranquillement se décolorer et finiront par se décoller et tomber en vue de laisser la place aux nouvelles à présent matures. Une fois le processus terminé, certaines espèces de lézard vont déguster leur mue afin d’y récupérer certains éléments nutritifs et de même qu’un peu de l’énergie qu’ils ont dépensés durant la mue. Ghost, notre gecko à crête, fait partie des lézards qui vont manger leur exuvie, c’est-à-dire les anciennes écailles maintenant tombées.

La mue chez les tortues 

Les tortues de leur côté ont une mue plutôt particulière même si elles la font pour des raisons similaires à celles des serpents et des lézards. En plus des écailles de leur peau, elles doivent changer celle présente sur leur carapace que l’on nomme les plaques osseuses. Ce remplacement se fera par section où des segments complets seront renouvelés d’un seul coup. Parfois, la mue peut se faire de façon symétrique, mais ce phénomène est assez rare. Lorsque Newton, notre tortue boîte, mue, il nous est possible de récupérer les belles écailles de son plastron ou de sa dossière et de vous les apporter en animation afin de vous les montrer.

La mue chez les mammifères

Chez les mammifères, la mue se présente d’une façon très différente des reptiles. Les animaux ayant un pelage ne le remplacent pas de manière aussi drastique que ceux à écailles. Le changement de poil est plus progressif. Les causes de la mue au sein des mammifères sont également très distinctes de celles évoquées chez les reptiles. La mue servira plutôt au camouflage de l’espèce ou à l’adaptation de celle-ci aux variations de température. Elle se produira donc généralement dans les mêmes périodes de l’année et est ainsi plus périodique parmi les mammifères que chez les reptiles.

La mue pour le camouflage 

Certains mammifères vivant dans des régions aux modifications radicales de paysage selon les saisons, comme au Canada, devront changer leur pelage, histoire de mieux se fondre dans le décor. Prenons l’exemple du lièvre d’Amérique que l’on retrouve au Québec. En été, il sera de couleur brune afin de se passer inaperçu dans la forêt. Toutefois, à l’automne, il muera dans l’intention de revêtir sa toison blanche et ainsi être presque invisible sur la neige. Il redeviendra ensuite brun lorsque le printemps pointera son nez avec la fonte des neiges.

La mue pour combattre la température 

Dans le cas de certains animaux, comme nos furets, la mue servira de mesure pour contrer les variations de température tout au long de l’année. En effet, le pelage sera plus dense pour résister au froid de l’hiver. Lorsque le climat deviendra plus clément durant l’été, la mue permettra l’apparition de poils plus fins afin de supporter la chaleur. Chez certaines espèces, les poils disparaissent totalement sur quelques parties du corps, comme la queue, pendant l’été et reviendront au printemps.

Bien que ces phénomènes semblent extrêmes, ils sont nécessaires pour la survie des espèces dans leur habitat. Comme on le dit souvent, la nature fait bien les choses et si ces manifestations n’aidaient pas à la survie, ils auraient disparu il y a bien longtemps à cause de la sélection naturelle.

Pour en savoir davantage sur nos espèces au sanctuaire ou pour découvrir nos capsules vidéos, suivez-nous sur Facebook, Instagram, YouTube et TikTok : @educazooinc
Pour rester à l’affût de nos nouvelles et promotions, inscrive-vous à notre infolettre ici.